Artistes

 

[tab name= »Bipolair »]
[/tab]
[tab name= »Bio »]Ambiance fin de nuit, isolée sur le bas coté de la place Carnot, une basse sombre et inquiétante est violemment percutée par une rythmique fracassante … Ainsi débute le premier EP de Bipolair, road trip effréné au cœur des machines. “The Runaway”, titre éponyme du projet, pousse le rapport basse / batterie à son paroxysme, maintenu de justesse dans sa trajectoire par une ligne de sub au groove imparable.

Petit rétrogradage avec “And Now !”, où un beat déstructuré permet d’accrocher la courbe pour sortir du virage du cours Charlemagne en cut up hypnotique. Le duo Lyonnais continue sa course poursuite avec “Robocop’in” et “Noctambule”, de grandes lignes droites mélodiques accompagnées d’un sidechain à faire fondre le bitume de Gerland. Arrivée finale sur la Rocade, Hitchild prends le relais sur l’A7 direction Avignon avec un remix burnout de “And Now !”[/tab]
[end_tabset]

 

[tab name= »De Andria »]
[/tab]
[tab name= »Bio »]De Andria, jeune producteur issu du collectif Emmanuelle, propose son premier EP, baptisé « Unlovable ». Boucle entêtante, rythmique appuyé et basse irrésistible font du titre éponyme un hymne assuré de fin d’été au bord de la piscine. « Sparkle » et « Turbo Disco » l’accompagnent parfaitement pour un apéro / before ensoleillé, tandis qu’Hitchild livre lui un remix taillé pour le dancefloor .
4 titres radicalement disco-funk donc, dans lequel on retrouve de multiples influences: de D-Train à Zapp&Roger, en passant par Alan Braxe, Fred Falke et Daft Punk. Une musique sincère et élégante, eighties et électronique, où chacun pourra se replonger dans ses souvenirs ensablés.[/tab]
[end_tabset]
[tab name= »Digikid84″][/tab]

[tab name= »Bio »]L’énigmatique jeune français Digikid84 ne laisse filtrer que peu de choses sur lui, si ce n’est qu’il est né en 1984 et se prénomme William. Ce véritable prodige de l’electro, se nourrit au funk de Prince, à la house de Detroit, et au disco de Cerrone. Combiner ces références n’est pas nouveau en soi, ce qui l’est c’est la maîtrise de Digikid84 pour en faire un son de 2011.

Elevé dans la culture hip-hop, Digikid84 lui rend un hommage appuyé avec « BBoy Underground » en 2008. Ce premier titre permet à Digikid84 d’attirer l’attention, d’autant plus que l’artiste cultive une apparence entre maquereau funky et DJ futuriste.

Le EP Supernature Love en juin 2010 apparaît comme un redoutable condensé de rythmes à danser. Travaillant avec des claviers anciens, Digikid84 a tout le loisir de créer un son d’une chaleur qui tranche avec la tonalité métallique de beaucoup de productions electro. Ce soin dans la mise en sons, avec des arrangements de cordes synthétiques dignes de la house de Detroit, se retrouve sur Timelapse, premier album de l’étonnant producteur. Sorti en juin 2011, Timelapse est un album au pouvoir dansant infini.[/tab]
[tab name= »Booking »]Frédéric GINDRE
frederic@gindrebooking.com
Phone: ++33 683 88 67 38
www.gindrebooking.com[/tab]
[end_tabset]

 

[tab name= »Dj Gero »][/tab]

[tab name= »Bio »]Originaire de Maisons-Alfort, DJ Gero commence son initiation à l’art des platines en 1995 dans sa chambre en écoutant DJ Clyde sur Radio Nova. Scratchant au départ sur des platines de salon, il achètera par la suite une table Gemini PMX153. Il anime ses premières soirées en 1998, avec des sets principalement hip-hop ; Gero est à l’époque profondément encré dans cette culture4.

Au fur et à mesure des années, il multiplie les collaborations avec, tout d’abord, des groupes de rap (Force Pure), puis avec des musiciens électroniques (Bosco) ainsi qu’une formation jazz (Lo). Avec des techniques de scratch reconnues dans le milieu hip-hop, il sera également amener à animer les 1re parties de groupes tels que Triptik ou La Caution4.

Il gagne sa première reconnaissance professionnelle en 2002 aux championnats DMC, où il remporte le titre dans la catégorie battle. Le 8 juin 2003 à Lille, il est nommé champion de France DMC et se qualifie pour représenter la France aux championnats du monde à Londres4, où il terminera Modèle:7ème3. Il conserve son titre de champion de France DMC en 20045.[/tab]
[tab name= »Booking »]
www.couteauxsuisses.eu[/tab]
[end_tabset]

 

[tab name= »Elomak »][/tab]

[tab name= »Bio »]Après plusieurs sorties, dont le fameux « Spacecraft » devenu l’hymne de la Techno Parade 2009, Le Dj/Producteur Français Elomak dévoile enfin son nouvel opus aux influences technos et electrofunk. Crackle, titre éponyme d’ouverture, mélange avec audace clavier vintage et basse tonitruante, tel un Giorgio Moroder reconverti au son dancefloor.

Neutron Fury et Don’t Touch My Tape ! continuent sur la lancée, pour des expériences entre sonorités breakbeat et rythmiques déstructurées. Puis Subatomic Cucumbers revisite les fondamentaux beat / basse / loop de la french touch, avec ce groove irrésistible toujours aussi entêtant. Enfin les acolytes de toujours, Adam Polo et The Edge, livrent 2 remixs a faire craquer les subs de tout sound systeme qui se respecte.

En plus de ces talents de producteur et remixeur (Modfunk, Dj Prosper, Love Meets Lust …) Elomak est également devenu une figure phare des soirées parisiennes « Formule Records Party », « The FreakShow » ou « Shake That Minimal », aussi bien pour son live dévastateur et de ses DJ sets ravageurs.[/tab]
[end_tabset]

 

[tab name= »Himan & fever 105″][/tab]

[tab name= »Bio »]Après une première collaboration sur le single « I want you », Himan (Julien Lacroix) et Fever 105 (Sidney Guillen) s’associent à nouveau sur ce projet The Golden Age. Composé de 4 titres, ce nouvel EP donne dans la nu-disco groovy et illustre dans un univers musical résolument French Touch![/tab]
[end_tabset]

 

[tab name= »Mr Gonzo »][/tab]

[tab name= »Bio »]Mr. Gonzo fut observé pour la première fois en 2010, aux alentours de la galaxie elliptique géante M87. Pirate audiospatiale de renom, c’est en captant les rayons magellaniques du film « Night of the Living Dead », qu’il fut inspiré pour la création de son tube intergalactique « Nightmare ».

Fasciné par sa découverte, il décida de mettre le cap vers cette planète tellurique bleu qu’on appelle la terre.Mais après son approche gravitationnelle, un incident avec l’un de ses robots midi, bloqua le monitoring du landing mix, et il s’écrasa avec son vaisseau au milieu de la piscine du Mansion Club de Miami.

Le choc gènera une immense forme d’onde discoïdale qui rencontra un tel succès, qu’il décida de prendre le contrôle du Sound system. Cet épisode lui inspirera, son premier maxi « Extended Play Area ».

Depuis, il n’a cessé d’écumer les spots terrestres les plus reconnus, comme cette Full Moon Party sur le Mont Elgon ou encore le Galactic Sound Festival sur Boracay Island. Coté production, quelques artistes rencontrés pendant ses sets aux 4 coins du globe, comme Digikid84, White Bamby ou 33hz, l’on sollicité pour des remixes. Un soir, pendant une Magic Cherry Party à Melbourne, il fit la rencontre d’une magnifique danseuse, dont l’ondulation naturelle lui fit prendre conscience du lien entre les vibrations audiomagnétiques de sa cosmic music et les récepteurs extrasensoriels du corps humain.

Jamais il n’avait ressenti pareil cross frequency sur un dancefloor auparavant ! Selon la légende, il aurait capté son attention par une envolée squaric, et elle lui aurait dit : « Je vais danser sur toi », avant de l’initier aux joies de l’amour terrien. C’est elle qui lui inspirera son second maxi « Dance On You ».[/tab]
[end_tabset]